rentabilité garage parking

Investissement locatif immobilier dans les garages : Attention à la rentabilité !

Même si investir dans une batterie de garage ou d’emplacement de parking est souvent synonyme de rentabilité, il ne faut pas investir les yeux fermés.

Tendance sur marché immobilier des garages

Il est un fait que les prix des garages ont beaucoup augmenté ces 10 dernières années. Cette explication s’explique par les contraintes de plus en plus lourdes, imposées par le législateur, pour la location de logements. Les locataires sont de plus en plus protégés. Les lois sont votés en faveur des locataires.

Louer un logement nécessite de réaliser des diagnostics immobiliers très contraignant. Les impayés de loyers pour des logements sont difficilement gérables. Il est très délicat d’expulser un locataire d’un logement.

Pour investir dans un garage, il n’est pas nécessaire d’avoir un apport conséquent. Vous trouverez sur Internet des garages au prix de 5000 € avec des rentabilités de 10 %….

En outre, vous avez une sécurité financière car ceux sont des petits loyers. En cas d’impayés de loyers, vous ne serez pas en difficulté financière.

Il est préférable d’investir dans un box fermé que sur un emplacement de parking car c’est plus recherché et mieux valorisé.

Impact de la taxe foncière

En effet, outre le fait qu’il ne faut pas dépasser les 5000 € par garage, il faut surtout se renseigner sur le montant des taxes foncières….Il existe des écarts très important entre les villes. Il est préférable de se renseigner sur le montant de cette taxe avant d’acheter. Vous pouvez consulter les taux des taxes foncières sur le site des impôts.

Des villes comme Saint Quentin, Charleville Mézières ont des taux de taxe foncière très élevés représentant le plus souvent 3 mois de revenus locatifs.

Si la taxe foncière dépasse les 90 € par garage, je vous déconseille vraiment d’investir dans ce lot de garages. La taxe foncière joue un rôle important dans le calcul de la rentabilité.

On peut également ajouter la faiblesse locative en raison d’une forte concurrence entre les bailleurs.